L`Evangeliaire De Kulakia un parler slave du Bas-Vardar

Од Wikisource
Прејди на прегледникот Прејди на пребарувањето
L`Evangeliaire De Kulakia un parler slave du Bas-Vardar

од André Mazon, André Vaillant
Paris, Librairie Droz, 25, Rue de tournon (vre) 1938


Податотека:L`Evangeliaire De Kulakia un parler slave du Bas-Vardar.pdf
L`Evangeliaire De Kulakia un parler slave du Bas-Vardar

AVANT-PROPOS.

Les deux auteurs de cet ouvrage se sont réparti la besogne de façon fort inégale.

Je m esuis borné à transcrire une partie du texte et à en écrire l'introduction. M. André Vaillant a transcrit l'autre partie du texte, écrit toute l'étude linguistique et composé les notes et l'index. C'est donc à lui que revient le mérite principal de ce travail. Nous avons arrêté ensemble le système de transcription du texte et revisé successivement l'ensemble de l'ouvrage.

Nos collègues Jean Deny et Mirambel ont bien voulu nous aider de leurs avis, le premier comme turquisant, le second comme helléniste: nous les prions d'être assurés de nos bien vifs remerciements.

Nous exprimons aussi notre gratitude à la Caisse des recherche sscientifiques du Ministère del Éducation nationale qui nous aaidés à mener à bien cette publication.

ANDRÉ MAZON.

INTRODUCTION.

I. - LE MANUSCRIT.

Le manuscrit de l'Evangéliaire macédonien qui est publié ici a été acheté en 1916, à Salonique, par M. Jean Deny, qui en a fait don à la Bibliothèque de l'Ecole des langues orientales vivantes de Paris.

Il se présente sous la forme d'un petit registre dont les feuillets ont la dimension de 280 millimètres de hauteur sur 215 millimètres de largeur; la reliure, en carton marbré, en est déchirée, et la moitié du plat supérieur a disparu. Le texte est écrit à l'encre noire; les titres, les initiales, les fleurons sont, en totalité ou en partie, à l'encre rouge. L'écriture semble accuser des mains différentes.

Le registre comprenait 55 feuillets, soit 110 pages numérotées. Le premier feuillet (pp.1-2)marique: il devait être blanc, ou porter des indications sur l'origine du texte et sonpropriétaire. Le cahier des feuillets 51-55 (pp.101:110) a été ajouté après coup: il est intercalé entre les feuillets 49 (pp.97-98)et 50 (pp.99-100). Le feuillet 50 n'est écrit qu'au recto: la page 50b (= p.100) est blanche, sauf l'annotation Τέλος καί τω Θεω χάρις des exercices d'écriture.

L'écriture est grecque: elle est appliquée, respecte l'individualité de chaque lettre et n'offre aucune des ligatures de l'écriture cursive. Les titres et sous-titres sont le plus souvent en langue grecque, mais on s'aperçoit, du premier coup d'oeil, et malgré l'emploi des esprits et des accents qui peut donner de loin l'illusion du grec, que le texte est slave.

Il s'agit d'un choix de lectures religieuses traduites en un parler bulgare de Macédoine et notées en écriture grecque.

Aucune indication de lieu ni de date, sauf, au verso du feuillet de garde final, les mots 1886 'Ιουνίο 23, à l'encre violette, et la date 1885, au crayon (p. 21), toutes additions évidemment postérieures et qui ne sauraient être retenues. L'origine du manuscrit ne pourra être établie que par la comparaison avec les manuscrits qui ont été déjà signalés et par l'étude linguistique du texte.

INTRODUCTION

La page 100 est occupée par des exercices d'écriture, d'une encre qui peut être la même que celle des dates ci-dessus. On y lit trois reprodụctions plus ou moins correctes, à l'encre et au crayon, de Jean, XV, 17: Ταυτα εντελομαι υμιν ινα αγαπατε αλληλοις. On lit aussi, au bas de cette même page, la formule: Τελος και τω Θεω χαρις. D'autres griffonnages sur les pages blanches et sur les deux couvertures n'offrent, à ce qu'il semble, aucun intérêt.

II. - CONTENU DU MANUSCRIT.

Le contenu du manuscrit est celui d'un Évangéliaire offrant:

1. des Évangiles des dimanches et des Fêtes mobiles (pp. 3-53);

2. des Évangiles des Fêtes du calendrier ou Ménologe (pp. 54-99);

3. enfin, dans le cahier ajouté des pp. 101-110, un Évangile de l'Office des morts (p. 101)et les onze Évangiles des matines des dimanches (pp. 102-110).

Nous sommes en présence d'un abrégé de Lectionnaire, adapté: assez librement par un fidèle(sans doute un prêtre) qui désirait se constituer un répertoire commode de lectures de l'Évangile traduites en slave; les renvois à l'intérieur du manuscrit attestent le souci de rendre aisé le maniement de ce répertoire.

Le choix des lectures est conforme, dans l'ensemble, à celui que nous présente l'un des Lectionnaires grecs imprimés le plus usuels au xixe siècle: Ιωαννου Νικολαιδον... Θειον και ιερον Εωαγγελιον, ομοιον κατα παντα προς το αναφινωσκομενον εν ταις Εκκλησιαις (nous l'avons consulté dans la 3e édition, Athènes, 1897, éditeur Joannės Nikolaïdès). En effet, en dehors de l'ordre des textes, qui est déterminé par la constitution du recueil, les divergences de notre Évangéliaire macédonien (=M) avec l'Evangéliaire de Nikolaïdes (=N) ne portent que sur le Ménologe, et elles sont minimes, à savoir:

a) 26 mai: c'est la fête de saint Jude d'après M, - et celle de saint Carpe d'après N; les Ménologes grecs et slaves indiquent à ce jour la fête de saint Carpe et placent celle de saint Jude le 19 juin;

b) 27 juillet: l'Évangile de la fête de saint Pantéleimon est, d'après M, Jean XV;17-27, et XVI, 1-2(saint Georges, 23 avril, eistiddettoupyiar), – et, d'après N, Luc XVII, 12-19 (12e semaine de Luc);

c) 8 juin: l'Évangile de la fête de saint Théodore Strátilate est, d'après M, Luc XXI, 12-19(saint Georges, 23 avril, εις τον ορθρον), -et, d'après N, Math. X, 16-22(mercredi de la 3e semaine de Mathieu); il est possible que le Ménologe de Nikolaidès confonde la fête du 8 juin avec celle du 8 février, dont l'Évangile est précisé ment Math. X, 16-22; on peut supposer deux Evangiles différents pour les deux fêtes de saint Théodore: février = Math., et 8 juin = Luc;

d) 26 juillet: la formule relative à sainte Parascève est plus complète dans M; et l'Évangile de la fête de cette sainte y est indiqué, tandis qu'il est absent du Ménolo gegrec;

e) 9 mars: la formule relative aux 40 Martyrs de Sébaste est: plus complète dans M que dans N;

f) 30 janvier: la mention de saint Hippolyte, pape de Rome, qui figure dans M, est absente de N.

Il résulte de ces divergences que, sur les points d, e et f au moins, le manuscrit macédonien, qui est d'accord avec le Minej slave, suppose un texte original autre et plus ancien que celui de Nikolaidės. Máis rien ne nous incline à supposer que cet original soit slave, et nous avons tout lieu de penser, au conraire, qu'il doit être grec. L'existence de particularités locales est d'ailleurs possible, comme, par exemple, un culte special de sainte Parasceve.

III. ORIGINE DU MANUSCRIT.

La comparison du manuscrit avec les divers manuscrits slaves en écriture grecque décrits jusqu' à ce jour permet d'en établir exactement l'origine. L'écriture, le système orthographique et la langue de notre Évangéliaire se retrouvent exactement dans un autre Évangéliaire de plus grande étendue qui appartient à M. Jordan Ivanov, notre distingué collègue de l'Université de Sofia: il. suffit de confronter les deux recueils, comme on en peut juger par la confrontation des deux reproductions photographiques cijointes, pour se convaincre qu'ils proviennent du même auteur; ou tout au moins de la même école. Or l'Évangéliaire de Sofia nous fournit les indications de lieu, d'auteur et de date qui manquent à l'Évangéliaire parisien. Nous y lisons en effet sur le feuillet du titre: Γοσποδνοβο ί σφετάγο Ευαγγέλιο να Πόγα νάσαγο γόλεμα Τσρίκφα Χριστιάνοφ, ισκάρενο να πούγαρτσκο ιζίκ, τουβάσνο ζπόρ να Βαρδαρία, ζα ουφ νεδέλετε σάτι, ζα γουδίνατα, ί ζα σάτι πραζνίτσίτε γολέμιτε, ζα τσέλα γοδίνα ζα λειτουργίατα.

Σα πισάλο ουτ Ευστάθιο Κυπριάδη ούφ σέλoτo Κόλακία. Να 30 Νοέμβριω μέσιτς 1863.

INTRODUCTION

Transcription:

Gospod(i)novo i sfetágo Ευαγγέλιο na Bóga nášago gólema[1] Crįkfa Hristjánof, iskáreno[2] na búgarcko izík', tuvášno zbór na Vardaría. Za uf nedélite sáti za gudinata, i za sáti praznịcịti golémite, za cela godina za lịturgiata.

Ut S. C. [3]

(Sa pisálo ut Ευστάθιο Κυπριάδη ut seloto Kolakia)[4]

Na 30 Νοέμβριω mésic 1863.

L'identité est à peu près complète avec la langue et l'usage orthographique du manuscrit de Paris. Les deux anomalies d'accent que nous avons relevées en noté ne surprennent pas trop dans un texte écrit en majuscules et non au fil de la plume, et composé de réminiscences de titres slavons; il est probable que la forme iskáreno résulte d'une confusion du verbe moderne (da) iskáram et du slavon iskaženo «gâté» (accent probable iskáženo. cf. s. -cr. nakažen) , terme d'humilité employé par un traducteur en langue vulgaire.

Il est donc extrêmement vraisemblable, pour ne pas dire certain, que l'Évangéliaire parisien a été composé par le même auteur, Eustathios Kypriadis, ou par l'un de ses disciples; à Kolakia (prononcer: Kulakia) , vers la même époque, c'est-à-dire aux alentours de 1860. L'examen linguistique du texte nous montrera ce qu'est le «parler bulgare» du Vardar inférieur (πούγαρτσκο ιζίκ) qui: lui est commun avec l'Évangéliaire de Sofia.

Kulakia (suivant la prononciation locale) est une bourgade située dans la région des bouches du Vardar, vers le milieu du rectangle formé par ce fleuve, la ligne du chemin de fer de Monastir, la rivière du Galiko et la mer Égée, à environ 5 kilomètres de la rive gauche du Vardar, 7 kilomètres du chemin de fer, 8 kilomètres du Galiko et 6 kilomètres de la mer. La population en était composée, à la veille de la première guerre balkanique (1912), de Bulgarés patriarchistes bilingues pour un peu plus d'un quart et de Grecs pour un peu moins des trois quarts; un évêque grec avait là son siège avec le titre d' «évêque de Campanie», et ce siège avait été illustre notamment aux XVIIIe siècle par Théophile Papaphilou de Jannina, à la fois savant et patriote épirote[5]. Les villages les plus proches, il y a vingt-cinq ans, étaient peuplés, soit de Bulgares patriarchistes (Koniari, Kolopanci, Lapra, Mahmud čif, et Cali čif.), soit d'éléments mélangés (Turcs et Bulgares patriarchistes à Tekeli, Bulgares exarchistes et patriarchistes et Bosniaques mahométans immigrés à Unčii=Jundžular) . Sur la rive droite du Vardar, au sud-ouest des bouches, et dans la région s'étendant au sud-est de Salonique les Grecs tenaient la région côtière de l'Égée. Au nord de la ligne du chemin de fer, par contre, les Bulgares exarchistes étaienten majorité, avec leurs deux centres d'influence, Enidze Vardar (Pazar) à l'ouest et Kukuš à l'est[6]. Kulakia se trouvait ainsi comme à la frontière de la masse bulgare et de la masse hellenique, mais elle subissait plus fortement l'attraction de cette dernière. Les deux Évangéliaires quiy ont été composés nous prouvent l'attachement des bulgarophones de ce village de la Macédoine méridionale à leur langue maternelle, mais dans le giron de l'Église du patriarche et sous le manteau de l'écriture grecque. Ils ne pouvaient suffire à maintenir la tradition linguistique slave, bien que celle-ci fût sans doute notablement plus forte durant les années 60 du XIXe siècle qu'au début du XXe. De fait, aux trois quarts hellénique en 1912 et ne contenant plus qu'une faible proportion de bulgarophones, ce village était destiné à s'helléniser rapidement. Les deux guerres balkaniques (1912-1913), la grande guerre et, depuis1922, l'afflux des émigrés grecs du Caucase, de Thrace et d'Asie Mineure ont accéléré l'hellénisation.

En 1933, Kulakia, devenue Chalastra pár une identification historique peut-être discutable (Hérodote, VII, 123: . . Χαλεστρη(ν) επι τον Αειον ποταμον ), compte 515 maisons et quelque 3 250 habitants. Elle a cessé depuis bien des années d'être siège épiscopal, mais conserve, au milieu de la place principale, une belle église de construction relativement récente desservie par trois prêtres. Une grande école toute neuve, s'élevant à une extrémité de la place, atteste le zèle du Gouvernement hellénique. Les maisons s'égrènent autour de l'égliseet de l'école, coiffées de larges nids de cigognes le plus souvent assez distantes l'une de l'autre, elles se dispersent dans la plaine, et la bourgade a de loin l'aspect d'une petite ville. Voisins de Salonique, les habitants sont plus citadins que paysans: ils vivent de la pêche, de petits métiers; ils élèvent un peu de bétail dans les herbes du delta. Le voyageur qui passe n'entend parler autour de lui que le grec, et le grec est bien là, en effet, la langue de la vie publique, la seule dont la majorité de la population ait la pratique courante. Quelques familles, pourtant, parlent encore le bulgare, et beaucoup des habitants, sinon la plupart, en ont au moins quelque connaissance: les relations de village à -village, et surtout avec Gündular (Valmadha) et Jündžular (Kimêna) , suffisent à maintenir ces survivances. Survivances trop précaires et trop troubles pour nous fournir un témoignage qui vaille d'être retenu sur le parler localde l'Évangéliaire de Kulakia.

Aussi bien la population de Külakiä a été presque entièrement renouvelée il y a plus de cinquante ans une inondation du Vardar l'avait chassée en 1869, et, lors de son retour, en 1880, au moment de la restauration, financée par Athanasios Katsaménis, un petit nombre seulement des familles anciennes ont repris leur place aux foyers abandonnés; le reste était composé de nouveaux-venus. Quelle est la part respective dans cet ensemble des descendants de ces pêcheurs légendaires qui, suivant le directeur de l'école Athanasios Kravvas, seraient venus des îles de Skopelos et de skinto s'installer les premiers dans ce coin du delta, - des paysans bulgares, qui ont apporté aux pêcheurs grecs leur labeur de maraîchers et de bergers, - des réfugiés hellènes ou slaves que les guerres de 1897, de 1912-1913, de 1915-1917 et de 1922 ont mis en mouvement? Il serait vain de chercher à le savoir. Nous sommes en présence d'une population, nouvelle. Aucun document d'archives paroissiales, aucune relation orale ne conservent le souvenir d'Eustathios Kypriadis ni de ses Évangéliaires en langue du Vardar. La tradition a été rompue.

II ne nous reste qu'à étudier le parler de Kulakia d'après le témoignage que nous en donne, vers 1860, le manuscrit de l'Évangéliaire parisien, comme s'il s'agissait d'une langue morte attestée seulement par des textes.

IV-L'EMPLOI PAR les Bulgares de L’ÉCRITURE GRECQUE.

L'expérience de l'adaptation au slave de l'écriture grecque est vénérable. Le moine Chrabr nous rapporte que, vers le milieu du IXe siècle, les Slaves de la Macédoine méridionale s'étaient essayés, avant les frères de Salonique, à noter leur langue à l'aide des lettres grecques[7] L'invention même de la glagolitique par Constantin ne



  1. Le manuscrit de Paris accentue régulièrement golém.
  2. On attendrait iskarano; le manuscrit de Paris a toujours au participe passif l'accent -én, -án-.
  3. Ces deux majuscules en alphabet latin: c'est-à-dire S(ta-) C(ypriadis), la forme slave populaire du prénom Eustathios purvant être Stajo. Stajko. etc.
  4. Addition postérieure en belle cursive grecque.
  5. Voir le mémoire de Mgr Sophronios Eustratiadis dans: Επιρωτικα Χρονικα IIe année, Jannina, 1927, pp. 54-97 et 221.
  6. Voir Carte ethnographique de la Macédoine, représentant la répartition ethnique à la veille de la guerre des Balkans (1912) , par Jordan Ivanov, et les précisions sur Kulakia données par le même auteur dans ses Bälgarski starini iz Makedonija, 2e éd., Sofia, 1931, pp. 195-198.
  7. Traité O pismenechu, pp. 297-308, de l'édition de Jagić (Izslēdovanija po russkomu jazyku, I, 1895) .